Archives du mot-clé Pérou

Puno et Les Uros

Notre dernière étape péruvienne, avant de continuer en direction de la Bolivie, se situe sur les bords du lac Titicaca, un endroit où plusieurs mondes se heurtent : l’altiplano désolé rencontre les sommets mythiques et les vallées fertiles des Andes, des îles verdoyantes et ensoleillées contrastent avec de petites exploitations fermières en butte aux rudesses du climat et des villages au mode de vie séculaire côtoient les excès de la marchandisation internationale.

Affairée et joyeusement oppressante, Puno, 120 000 habitants, située à 3830 m d’altitude, constitue pour beaucoup, une étape pratique entre Cuzco ou Arequipa et La Paz, ainsi qu’un point de départ pour bon nombre d’excursions sur le lac Titicaca. Coincés dans les rues étroites et congestionnées, voitures, camions, bus, mototaxis et « triciclos » progressent dans Puno par à-coups tandis que les piétons se serrent sur des trottoirs microscopiques. Puno est décrite dans le Lonely Planet comme une cité moderne, carrefour des échanges entre le Pérou et la Bolivie, résolument tournée vers le commerce et l’avenir. Admettons qu’elle soit un carrefour important de commerce, il me semble en revanche un peu optimiste de la décrire comme une « cité moderne, résolument tournée vers l’avenir ». Elle est réputée capitale du folklore du Pérou, ses processions de la Virgen de la Candelaria, étant retransmises à la télévision nationale, mais nous n’aurons malheureusement pas la chance de vivre ce moment de fête, notre passage ne coïncidant pas avec le calendrier des fêtes religieuses.

Nous visitons donc Puno dans la matinée du 21/11/2013, en commençant, bien sûr, par la Plaza de Armas et la cathédrale, de style baroque, à la façade travaillée et l’intérieur dépouillé, puis traversons la « Casa del Corregidor », l’une des plus anciennes demeures de Puno, datant du XVIIème siècle, abritant aujourd’hui un centre culturel, une galerie d’art, une librairie et un café-bar attirant expatriés et artistes locaux. Nous décidons ensuite de monter au « Mirador del Condor », qui récompense la grimpée abrupte par un beau panorama de Puno et de l’immense lac Titicaca. En redescendant vers le centre, nous partageons une bouteille d’Inca Cola, le soda péruvien qui appartient à l’américain Coca-Cola, puis nous arrêtons quelques minutes pour discuter avec les « notaires de la rue », qui ont annexés un trottoir du centre de Puno pour assister les illettrés et les moins éduqués dans la réalisation de tâches administratives.

Après un repas pris dans une des « cantines » du centre (ce sont des restaurants proposant un menu à prix fixe, et très économique, presque toujours composé d’une soupe puis d’un second plat souvent à base de poulet et de riz), nous nous dirigeons vers le port de Puno pour emprunter l’un des nombreux bateaux qui rejoignent les extraordinaires îles flottantes « Los Uros », la principale attraction touristique du lac Titicaca. Elles sont fabriquées avec des roseaux légers appelés « totora » qui poussent en abondance dans les bas-fonds du lac, par ajouts successifs en surface de couches de totora à mesure que les couches inférieures pourrissent. Le sol reste ainsi toujours souple et élastique. La vie des Uros est indissociable de ces plantes, en partie comestibles, qui servent aussi à fabriquer leurs maisons, leurs bateaux et une majorité de l’artisanat vendu aux touristes. Le métissage avec des Indiens de langue aymara a entrainé la disparition des Uros de pure souche et de leur langue, ce petit peuple qui entama cette inhabituelle existence il y a des siècles afin de se protéger des agressions des autres tribus indiennes comme les Colla et les Incas.

La popularité croissante des îles a entrai une commercialisation effrénée ainsi que des controverses sur leur authenticité : de nombreux Puneños affirment que les insulaires passent en réalité la nuit sur le continent et non plus sur les îles flottantes, ce qui est à moitié admis par les représentants de la communauté accueillant les touristes de façon quotidienne sur les îles, les insulaires souffrant de plus en plus de rhumatismes aigus à cause de l’humidité permanente.

En fin d’après-midi, de retour sur la terre ferme, un orage d’une rare violence s’abat sur Puno, nous contraignant dans un premier temps à nous abriter sous le porche d’une boutique puis à emprunter un taxi pour rejoindre l’hôtel. Cela ne suffira pourtant pas à empêcher que nous terminions trempés jusqu’aux genoux, en l’espace de quelques secondes, due à la nécessaire traversée du « torrent » qui s’est soudainement créé sur la chaussée. Il m’aura fallu plus d’une heure de sèche-cheveux pour ne même pas complètement réussir à sécher nos affaires !

Canyon de Colca, sans guide

L’excursion dans le « Cañon del Colca » (Canyon de Colca) est la plus pratiquée au départ d’Arequipa, même si la région offre bien d’autres activités de plein air comme l’ascension du volcan El Misti ou du rafting dans le canyon du Majes.

Par nos différentes rencontres et quelques recherches avisées auprès de l’ami « Google », nous nous sommes rendu compte que nous pouvions sans difficulté entamer cette excursion sans recourir aux services d’un guide.

Le 16/11/2013 en début d’après-midi, nous montons dans un bus local de la compagnie « El Señor de los Milagros » (pas complètement rassurant ce nom), qui doit nous emmener en 6 heures environ jusqu’au village de Cabanaconde, une paisible localité rurale de 2700 habitants, située à presque 3300 m. d’altitude, base de départ idéale pour entreprendre la plupart des randonnées offertes par le Canyon de Colca. La route pour rejoindre Cabanaconde depuis Arequipa est longue mais vaut la peine d’être vue de jour. Elle commence par grimper vers le nord-est, passe devant El Misti et le Chachani puis traverse la réserve nationale « Salinas y Aguada Blanca », qui couvre près de 370 000 ha de terrain à une altitude moyenne de 4300 m. et dans laquelle trois des quatre espèces de la famille des camélidés sud-américains font partie du paysage : vigognes, alpagas et lamas. La quatrième, le guanaco, a quasi disparu de la région. Au-delà de la réserve, la route, de plus en plus cahoteuse, traverse un haut plateau aride et grimpe jusqu’à 4800 m. avant de plonger en lacets de façon spectaculaire vers Chivay, la capitale de la province de Caylloma, en définitive, une bourgade poussiéreuse à l’entrée du canyon, qui sert de plaque tournante pour les transports et voit passer des vagues de touriste en circuit organisé arrivant d’Arequipa. C’est aussi à Chivay que la municipalité ou le syndicat du canyon va profiter d’une pause du bus pour vous ponctionner 70 sols par personne pour le « boleto turistico », sésame indispensable pour accéder à la plupart des sites du canyon. Il parait que la moitié des recettes revient à la municipalité d’Arequipa qui utiliserait l’argent pour l’entretien et la conservation des sites locaux (le gars qui a la responsabilité d’entretenir les chemins de randonnée du canyon n’a pas du mettre les pieds dans le canyon depuis un petit bout de temps, dans ce cas), l’autre moitié allant à l’agence nationale du tourisme. Enfin, entre Chivay et Cabanaconde, la route longe la rive sud du canyon et traverse plusieurs villages qui utilisent toujours les terrasses incas environnantes.

Le 17/11/2013 de bonne heure, après une nuit de repos à l’auberge Pachamama Backpacker Hostal, une bonne adresse pour faire étape à Cabanaconde, nous entamons donc la descente dans le fameux Canyon de Colca, avec pour objectif le minuscule village de Sangalle (surnommé « l’oasis ») situé tout a fond du canyon et servant d’étape de nuit pour la plupart des randonneurs. Le circuit que nous avons choisi d’emprunter passe par plusieurs micro-villages du canyon et fait une vingtaine de km jusqu’à Sangalle.

Avec une longueur de 100 km et une profondeur qui varie entre 1000 m. et plus de 3000 m, le Canyon de Colca a été sujet à une controverse qui a fait rage des années durant : avec ses 3191 m., était-il le canyon le plus profond du monde ? On sait depuis peu qu’il arrive en deuxième position derrière son voisin, le Cañon del Cotahuasi, qui le bat de 150 m. Ils sont toutefois au moins deux fois plus profonds que le Grand Canyon du Colorado, et pourtant bien moins impressionnants. Malgré sa profondeur, la Canyon de Colca est récent à l’échelle des temps géologiques. Les eaux du Colca ont creusé des roches essentiellement volcaniques déposées il y a moins de 100 millions d’années le long d’une immense faille de la croûte terrestre. Même si nous n’avons pas eu la chance d’en apercevoir, il n’est pas rare de pouvoir observer des condors planant dans les courants d’air ascendants générés par la profondeur de la vallée couplée à un temps ensoleillé. Les habitants de la région descendent de 2 groupes ethniques rivaux et se distinguent par la forme de leurs chapeaux et à leurs vêtements traditionnels aux broderies élaborées. Le Lonely Planet prévient que les femmes de la région ne se laissent prendre en photo qu’en échange d’un pourboire : nous confirmons !

Alors que le temps de marche annoncé est de 7 heures environ, nous atteignons l’oasis de Sangalle à 12h pile, en 4h30 de marche (super fier de ma chérie) ce qui nous laisse tout l’après-midi pour nous prélasser au bord de la jolie piscine de l’auberge que nous choisissons pour passer la nuit. Tout au fond du canyon, la végétation contraste fortement avec celle de la région : elle est presque tropicale avec ses palmiers, fougères et orchidées dans certains coins isolés. Après une bonne randonnée, l’oasis de Sangalle est un vrai petit coin de paradis, reposant à souhait.

Le lendemain matin, c’est un rude trek de 3h qui nous attend pour rejoindre à nouveau Cabanaconde et que nous réalisons de bonne heure pour éviter la chaleur. Nous arrivons à Cabanaconde en milieu de matinée avec un peu d’avance pour reprendre un bus direction Arequipa qui va, cette fois, mettre pratiquement 8 h au lieu de 6 à cause d’une crevaison, probablement résultat du mauvais état de la route et de cette fâcheuse tendance qu’ont les compagnies locales à charger leurs bus au moins 2 fois plus que la capacité maximum d’accueil. Au vu du nombre de passagers au retour et la dangerosité de la route, « El Señor de los Milagros » porte bien son nom !

Arequipa

Le 13/11/2013, nous quittons donc Cuzco par un bus de nuit (oui, encore un, et on n’a pas fini d’en « bouffer ») ver le sud du Pérou, en direction d’Arequipa et la région des canyons. A notre arrivée a terminal, la compagnie CIVA, auprès de laquelle nous avons acheté 2 sièges confortables, nous fait en plus un appréciable cadeau : on nous surclasse sans augmentation de prix, ce qui nous permet de bénéficier de « fauteuils – couchettes » inclinables à 180°. Ah ben voilà, dans ces conditions, on peut dormir dans un bus !

Le lendemain, la superbe cité d’Arequipa nous ouvre ses portes. Située à 2350 m. d’altitude, au cœur de l’une des régions les plus sauvages du Pérou, territoire de volcans enneigés toujours en activité, de déserts de très haute altitude, de sources chaudes, de lacs salés et de profonds canyons, nulle autre ville dans le sud du pays n’offre ainsi l’opportunité de profiter autant de la vie citadine que des activités de plein air.

Des découvertes archéologiques attestent la présence d’Indiens Aymara, originaires de la région du lac Titicaca, avant la période inca. Certains chercheurs pensent que la ville leur doit son nom (« ari » signifiant « sommet » et « quipa » signifiant « situé derrière » en aymara); Arequipa serait donc « l’endroit derrière le sommet » d’El Misti, un volcan de 5822 m. qui domine la ville. Par ailleurs, une légende affirme que le quatrième roi inca, Mayta Cápac, émerveillé en découvrant cette vallée, aurait ordonné à sa suite de s’arrêter en disant : « Ari, quipay » littérallement « Oui, restons! ». Les Espagnols redécouvrirent la ville entre 1530 et 1540, à la suite de quoi la deuxième ville du Pérou connut une destinée riche en tragédies : elle fut en effet entièrement détruite par des séismes et des éruptions en 1600, avant d’être secouée par des tremblements de terre presque une fois par siècle jusqu’au dernier séisme remontant seulement à 2001. En raison de cette menace permanente les constructions sont basses, ce qui leur permet une plus grande stabilité. Malgré ces calamités répétées, bon nombre de superbes édifices historiques subsistent. Ceux de l’époque coloniale, bâtis en sillar, une roche volcanique claire qui scintille au soleil, lui valent le surnom de Ciudad Blanca (Ville Blanche) ; les Arequipeños se plairaient à dire que la Lune a oublié d’emporter la ville lorsqu’elle s’est séparée de la Terre.

Le charme d’Arequipa réside aussi dans l’épicurisme de ses habitants amateurs de bonne chère, de belles choses et de vie nocturne. Le cœur de la ville bat à un rythme effréné, et les rues reflètent un Pérou moderne, accueillant une foule bigarrée d’artistes, de banquiers, de vendeurs ambulants, d’étudiants et de religieuses etc. Les Arequipeños, fiers et friands de débats, expriment régulièrement leurs convictions politiques par des manifestations sur la Plaza de Armas. Ils tiennent tant à affirmer leur indépendance intellectuelle par rapport à Lima qu’ils ont un temps conçu leur propre passeport et drapeau.

Dès nos premiers pas dans le centre-ville, je tombe complètement sous le charme ! Le climat, la lumière, l’architecture et les couleurs me rappellent immédiatement la magnifique andalouse Séville dont je reste secrètement amoureux (enfin, en seconde position, après ma tendre estrémègne bien sûr). La cathédrale et les bâtiments en sillar, avec leurs balcons à colonnades, ornant la Plaza de Armas, renvoient une lumière à couper le souffle, spécialement vers la fin de la journée, à l’heure où le soleil se couche. L’histoire de la cathédrale, derrière laquelle se dresse majestueusement le volcan Misti, témoigne de l’opiniâtreté des habitants : l’édifice d’origine (1656) fut détruit par un incendie en 1844. Reconstruite, la cathédrale fut presque totalement rasée par le séisme de 1868, puis de nouveau rebâtie. Enfin, le séisme de 2001 eut raison de l’une des énormes tours, tandis que l’autre gîtait dangereusement. De nouveau, le monument retrouva son lustre fin 2002. Cette cathédrale est la seule église du pays à occuper une place sur toute sa longueur. Moins de 100 basiliques dans le monde sont autorisées, comme elle, à déployer le drapeau du Vatican, disposé à droite de l’autel. Enfin, pour anecdote, les orgues, offertes par la Belgique en 1870 et qui seraient les plus grandes d’Amérique du Sud, ont été abîmées durant le transport et ont sonné faux pendant plus d’un siècle.

L’église jésuite à l’angle sud-est de la Plaza de Armas, l’une des plus anciennes d’Arequipa, est quant à elle renommé pour sa façade finement ornementée et son autel sculpté de style churrigueresque entièrement recouvert de feuilles d’or : attention, c’est chargé ; si on n’aime pas le baroque, alors mieux vaut passer son chemin!

Le musée sanctuaire de Juanita, ou “Museo de la Universidad Católica de Santa María”, de son nom officiel, présente d’après tous les guides touristiques le corps gelé de « Juanita, princesse des glaces », une jeune inca sacrifiée voici plus de 500 ans au sommet du Nevado Ampato, un autre volcan enneigé proche d’Arequipa.

En 1995, Miguel Zárate persuada l’alpiniste-archéologue américain Johan Reinhard de l’accompagner pour une expédition sur le Nevado Ampato, afin de confirmer la présence d’un site funéraire qu’il pensait avoir découvert trois années auparavant. Des éruptions récentes d’un volcan voisin ayant projeté une couche de cendres sur le site et fait fondre la neige, permettent à l’équipe de trouver d’abord une statue et des offrandes, puis, en suivant le tracé de rochers volontairement poussés dans la pente, la momie d’une jeune inca qui avait dévalé la montagne lorsque sa sépulture s’était dissoute. Grâce aux basses températures, le corps de la jeune inca, qui avait été enveloppé, était demeuré presque intact pendant quelques 500 ans ! Il fut évident, d’après l’emplacement de la tombe et le cérémonial qui avant entouré son décès que cette adolescente de 12 à 14 ans avait été sacrifiée au sommet du volcan. Les incas, qui vénéraient les montagnes comme des divinités, offraient ponctuellement des sacrifices humains, en particulier des enfants, pour se prémunir des éruptions volcaniques, des avalanches et des catastrophes climatiques. Au total, ce sont plus de 20 victimes de sacrifices incas qui ont été retrouvées sur les sommets des montagnes andines depuis les années 1950.

Alors que l’histoire de la découverte de cette momie est passionnante, le Musée est, quant à lui, décevant : la visite, très rapide, se fait obligatoirement avec un guide qu’il faut rémunérer en plus du ticket d’entrée au musée et les pièces présentées, des fragments de tissus ou des objets découverts à proximité de la sépulture ne présentent pas un intérêt exceptionnel. Enfin la visite se termine, d’après nos recherches postérieures à notre passage, par la présentation de la momie d’une autre enfant sacrifiée, découverte dans les montagnes alentour, conservée dans une chambre froide vitrée, étroitement surveillée, et dans une obscurité presque totale. Si ce n’est pas prendre le touriste pour un abruti, alors expliquez-moi !

Pour finir, le monastère de Santa Catalina, décrit dans le Lonely Planet comme l‘un des édifices religieux coloniaux les plus extraordinaires du pays, est en effet une petite merveille. Entouré de hautes murailles, il occupe une « cuadra » (pâté de maisons) entière, formant presque, avec ses 20 000 m2, une citadelle au cœur de la ville. C’est un lieu déconcertant qui plonge le visiteur dans un monde oublié de passages sinueux, de cellules spartiates, d’art religieux et de mobilier d’époque des plus photogéniques.

Ce monastère fut construit en 1580 par une veuve fortunée qui sélectionnait soigneusement les nonnes, n’acceptant que les jeunes filles issues des meilleures familles espagnoles qui lui rapportaient une dot substantielle. Selon la tradition, les cadettes des familles aristocratiques entraient au couvent pour renoncer aux biens de ce monde, mais, à Santa Catalina, chacune disposait d’une à quatre servantes ou esclaves (généralement noires), conservant leur train de vie en invitant des musiciens et en organisant régulièrement des réceptions (elle a bien changé l’Eglise catholique!). Après trois siècles, justement, le pape Pie IX chargea  sœur Josefa Cadena, une dominicaine austère, de restaurer la discipline. Celle-ci renvoya les aristocrates en Europe et libéra les nombreuses servantes et esclaves, dont beaucoup restèrent e tant que religieuses. A compter de cette époque, le monastère s’enveloppa de mystère jusqu’à son ouverture au public, en 1970, lorsque le maire d’Arequipa l’obligea à se moderniser. Aujourd’hui, quelques 30 religieuses continuent de mener une vie recluse dans les bâtiments nord, le reste du monastère étant ouvert au public.

Le premier cloître, appelé cloître des novices marquait la limite au-delà de laquelle les futures religieuses devaient se taire et se consacrer au travail et à la prière. Au bout de 4 ans de noviciat, au cours desquels la famille payait une dot annuelle de 100 pièces d’or, elles pouvaient choisir de prononcer leurs vœux ou de quitter le couvent, souvent au risque de jeter l’opprobre sur leur parentèle. Celles qui restaient passaient ensuite dans le cloître orange, baptisé ainsi à cause de ses orangers représentant le renouveau et la vie éternelle. Depuis ce cloître, on passe dans la chambre mortuaire dans laquelle la communauté veillait les sœurs défuntes. Les artistes disposaient de 24 heures pour peindre leurs portraits qui ornent les murs, car il n’était pas question de les immortaliser de leur vivant. Les religieuses étaient logées seules ou à plusieurs, avec leurs servantes, dans des cellules dont le luxe était fonction de la fortune des occupantes. C’est en visitant la cuisine commune, sombre et à l’odeur de renfermé que je perds finalement trace de Magda. Je termine donc seul la visite du monastère par la cellule de la célèbre Sor Ana, connue pour l’exactitude de ses prédictions et les miracles qu’elle aurait accomplis jusqu’à sa mort en 1686 puis par le grand cloître, bordé de part et d’autre par la chapelle et la galerie d’art, qui faisait autrefois office de dortoir.

Arequipa est une ville qu’on ne quitte pas facilement tant elle éblouit par sa beauté et nous sommes ravis d’y revenir dans quelques jours après notre prochaine aventure : un trek dans le Canyon de Colca.

Pisac

Avant de quitter la Vallée Sacrée, et maintenant que nous sommes rentrés à Cuzco, la forteresse inca perchée sur un piton rocheux au-dessus du village colonial de Pisac, à une trentaine de km de Cuzco, est donc le dernier site d’intérêt que nous décidons d’aller visiter, en compagnie de nos nouveaux amis, Ruben et Rosa, desquels nous sommes devenus inséparables.

Le 13/11/2013, après un copieux petit-déjeuner continental, nous empruntons un bus local pour rejoindre le spectaculaire site de Pisac, qui attire assez peu de touristes, hormis ceux qui arrivent en circuits organisés. Pisac est célèbre pour ses cultures en terrasses, qui forment de grandes courbes gracieuses sur les flancs de la montagne dominant la ville. Entre les terrasses, les escaliers sont rares car ils demandent beaucoup d’entretien et accentuent l’érosion. Les différents niveaux sont donc reliés par des pierres proéminentes disposées en diagonale dans les murs. La majeure partie des ruines se concentrant dans la partie haute de la montagne, nous optons, à notre arrivée à Pisac, pour un transport en taxi jusqu’au sommet et redescendrons donc jusqu’au village à pied, par un sentier de randonnée qui traverse les différents vestiges à visiter en deux heures de marche environ.

A la réflexion, il aurait été sans doute plus judicieux de visiter Pisac et de terminer par Machu Picchu (à l’instar de ce que nous avons fait en Inde, en visitant le Taj Mahal à la fin), mais le calendrier en a voulu autrement. On retrouve en effet beaucoup d’éléments communs dans chacun des sites incas de la Vallée Sacrée et on est donc forcément moins impressionné lorsqu’on a déjà vu une demi-douzaine de sites archéologiques dont le sacrosaint Machu Picchu. A Pisac, on retrouve donc au sommet des terrasses, le centre cérémoniel, composé d’un Intihuatana (un instrument inca d’observation astronomique également présent à Machu Picchu), de plusieurs canaux en état de fonctionnement et de temples variés et bien préservés. On retrouve également un ensemble de bains cérémoniels, liés au culte inca de l’eau (plus nombreux qu’à Tambomachay). Une originalité de Pisac est une zone malheureusement interdite d’accès aux touristes : à l’arrière des terrasses, une falaise est criblée de centaines de trous qui sont d’anciennes sépultures incas pillées par des « huaqueros » (pilleurs de tombes) postérieurement à la période de domination des incas.

A notre arrivée au village, après une pause déjeuner dans le centre-ville, nous traversons le marché d’artisanat de Pisac, de loin le plus grand de la région et le plus touristique, sans toutefois nous laisser tenter par les produits proposés, que l’on retrouve, identiques, dans presque toutes les destinations touristiques péruviennes.

Le même soir, il est temps pour nous de quitter la Vallée Sacrée et de nous séparer, non sans un peu d’émotion, de nos compagnons de voyage avec qui nous avons partagés de très bons moments. Leur compagnie aura véritablement égayé notre séjour en Vallée Sacrée. Nous nous reverrons, sans nul doute ! Un abrazo y hasta pronto chicos !

Ollantaytambo

En dehors de Machu Picchu, la Vallée Sacrée, au milieu de laquelle coule la rivière Urubamba, comptes plusieurs autres sites majeurs de l’Empire Inca, comme la citadelle d’Ollantaytambo. Le village d’Ollantaytambo (souvent appelé Ollanta), un bourg adorable constitué d’étroites ruelles pavées est le plus bel exemple préservé de l’urbanisme inca et fut constamment habité depuis le XIIIème siècle. Il est dominé par deux imposantes ruines incas, vestiges d’une forteresse qui servit de refuge au souverain Manco Inca, lorsqu’il perdit la bataille de Sacsayhuamán, face au conquistador Juan Pizarro qui reprit la ville de Cuzco.

Mais Ollantaytambo marque aussi l’un des rares endroits où les conquistadors perdirent une bataille majeure. En 1536, Hernando Pizarro (jeune demi-frère de Francisco Pizarro) tenta de capturer l’Inca avec l’aide de 70 cavaliers et de nombreux fantassins espagnols et indiens. Manco Inca leur réserva d’abord une pluie de flèches, de lances et de rochers, projetés depuis le haut des terrasses de la forteresse, puis il eut la brillante idée d’inonder la plaine grâce à des canalisations prévues à cet effet, contraignant les assaillants à battre en retraite, qui se transforma presque en déroute lorsque des milliers de guerriers inca victorieux poursuivirent les conquistadors dans la vallée. Toutefois, Manco Inca n’eut guère le temps de savourer sa victoire car les troupes espagnoles revinrent rapidement à ‘attaque avec le soutien d’une cavalerie quatre fois plus importante et l’Inca fut contraint, une nouvelle fois, de se réfugier, dans son fort de Vilcabamba, en pleine jungle.

Forteresse redoutable, Ollantaytambo avait, pour les Incas, autant d’importance sur le plan religieux que militaire. Un temple cérémoniel se trouve au sommet des terrasses. Des murs parfaitement ajustés étaient en construction lors de la conquête et ne furent jamais achevés. Les pierres provenaient d’une carrière à flanc de montagne à 6km, au-dessus de la rive opposée de l’Urubamba. Le transport de ces énormes blocs jusqu’au site est un exploit qui a dû nécessiter les efforts de milliers d’ouvriers. Pour les faire passer d’une berge à l’autre, ils usèrent d’une technique ingénieuse : poser les pierres au bord de la rivière et détourner ainsi son cours !

La visite des ruines d’Ollantaytambo nous occupe une partie de l’après-midi du 11/11/2013, ce qui nous laisse le temps de nous balader dans le labyrinthe des ruelles pavées du village, admirant les édifices de pierre et nous laissant bercer par le murmure des canaux d’irrigation, toujours en fonctionnement.

Machu Picchu par la route alternative

Si l’accès à la « cité inca perdue » est déjà difficile par la géographie des lieux, il l’est tout autant parce que les péruviens semblent vouloir rendre la compréhension de son accès encore plus compliquée, cela favorisant sans doute le commerce des circuits organisés par les agences touristiques de la Vallée Sacrée. Il existe probablement une demi-douzaine de manières de s’y rendre et nous devons une fière chandelle à Ludwig, le patron allemand de l’hôtel Frankenstein dans lequel nous avons séjourné à Cuzco, qui est remarquable de clarté dans les explications qu’il procure à ses clients et vraiment pas avare de son temps. Les treks de plusieurs jours, comme le célèbre « chemin de l’inca », la randonnée la plus célèbre d’Amérique du Sud, ou encore le trek de Salkantay, nécessitent pour la plupart de réserver les services d’un guide, qu’il faut donc avoir réservé bien à l’avance, et ils prennent plusieurs jours pour accéder à Machu Picchu, en plus du fait qu’ils sont vendus à prix d’or par les agences touristiques de Cuzco. Nous avions donc écarté depuis longtemps cette option. Le train depuis Cuzco, ou la combinaison bus de Cuzco à Ollantaytambo puis train d’Ollantaytambo à Aguas Calientes, le village situé en dessous de Machu Picchu, est une option plus rapide mais hors de prix également par rapport au coût moyen de la vie au Pérou. Ne courant pas particulièrement après le temps, nous écartons aussi cette voie.

Le 09/11/2013 au matin, nous formons donc un groupe de 4 avec nos nouveaux potes espagnols, Ruben et Rosa, et quittons l’hôtel en direction de Machu Picchu par ce que beaucoup appellent ici « la route alternative », plus longue que le train, mais aussi nettement plus économique. Elle consiste en un premier trajet de 4 à 5 heures en bus ou minibus (« colectivo ») entre Cuzco et la minuscule ville de Santa Maria, l’itinéraire passant par le col Abra Málaga (4350 m. d’altitude) séparant Ollantaytambo du bassin amazonien, puis un second trajet d’une heure en taxi pour rejoindre une autre petite ville appelée Santa Teresa, puis un dernier tronçon de taxi entre Santa Teresa et une – devenue célèbre – station hydroélectrique (« hydroelectrica »), par laquelle passent de plus en plus de voyageurs pour rejoindre Machu Picchu, et à partir de laquelle il n’est plus possible de continuer en voiture. A partir de cette usine de production électrique, encore en fonctionnement, où travaillent plus de 500 ouvriers, il faut encore marcher pendant deux à trois heures, sur une quinzaine de km, le long de la seule voie ferrée qui mène à Aguas Calientes, en prenant garde aux quelques trains qui circulent sur la voie en s’annonçant systématiquement et à l’avance. En effet, la fameuse « route alternative » est de plus en plus empruntée et les piétons qui longent cette voie ferrée sont très nombreux. Au total, le trajet prend entre 6 et 9 heures en fonction du trafic, des délais d’attentes à chaque transfert et de la vitesse de marche sur la dernière partie. Il est aussi possible de « couper » en restant dormir à Santa Teresa, qui offre d’agréables sources chaudes, puis de réaliser la marche le lendemain : c’est ce que font Ruben et Rosa de qui nous nous séparons temporairement car notre billet d’entrée pour Machu Picchu est pour le lendemain, le leur, pour le jour suivant. Partis de Cuzco à 8h00 le matin, nous arrivons à Aguas Calientes vers 17h après une promenade ensoleillée et une rafraichissante pluie sur les tous derniers km de marche.

Le lendemain matin, il existe là encore deux possibilités pour réaliser l’ascension jusqu’à l’entrée du sacro-saint Machu Picchu : prendre l’un des innombrables bus, payants, qui montent en lacets pendant une vingtaine sur une piste poussiéreuse, ou bien utiliser une fois de plus ses jambes pour gravir les marches qui vous mèneront à l’entrée des ruines, ce qui ne vous coûtera que des calories. Nous optons, Magda et moi, pour la marche ! Nous avons choisi de nous rendre à Machu Picchu par la « voie alternative et économique », alors ne craquons pas si près du but !

Vers 8h30, le 10/11/2013, après une ascension d’une heure environ, au cours de laquelle nous n’avons croisé pratiquement personne, nous y sommes enfin : Machu Picchu s’offre à nous, sous un temps maussade, et nous sommes agréablement surpris par la quantité « raisonnable » de touristes (au moins à notre arrivée). On a filmé notre arrivée (cf. Flickr), de sorte que vous puissiez vivre ça comme si vous aviez été là, avec nous !

Pour la plupart des voyageurs au Pérou, la « cité inca perdue » de Machu Picchu est le clou de leur voyage. Dotée d’une situation mythique et spectaculaire, elle est le site archéologique le plus célèbre du continent, demeurant pourtant inconnue des conquistadors et restant dans l’oubli jusqu’au début du XXème siècle, quand l’historien américain Hiram Bingham le découvre en 1911, guidé par les quelques quechuas qui en connaissaient l’existence. Bingham pensa d’abord avoir trouvé la cité perdue de Vilcabamba, le dernier bastion des Incas, dont nous savons aujourd’hui que les vestiges se trouvent plus profondément encore, dans la jungle. Lors de leur arrivée, Bingham et son équipe durent se contenter d’un vague plan, le site étant recouvert de végétation. Aujourd’hui encore, les connaissances concernant Machu Picchu demeurent superficielles, les archéologues en sont réduits à émettre des hypothèses et à se perdre en conjectures sur sa fonction. Quand certains pensent que la cité fut fondée dans les dernières années de l’Empire Inca, dans un ultime sursaut pour préserver leur culture ou rasseoir leur pouvoir, d’autres supposent que le site était déjà déserté et oublié à l’époque de la conquête. Son emplacement et le fait qu’au moins huit routes d’accès aient été découvertes suggèrent que la cité était le centre névralgique des échanges commerciaux entre les régions de l’Amazonie et de la cordillère. L’exceptionnelle qualité du travail de la pierre et l’abondance des ornements laissent aussi supposer que Machu Picchu fut un important centre cérémoniel.

A l’intérieur des ruines, beaucoup suivent un itinéraire pour la visite qui commence par un point stratégique, dévoilant une vue sur le site d’une ampleur inégalée, surnommé « hutte du Gardien du rocher funéraire », derrière laquelle un rocher sculpté aurait servi pour momifier les nobles. Ensuite, une boucle dans le sens des aiguilles d’une montre vous permettra de découvrir une série de 16 superbes bains cérémoniels, surplombés par le « temple du soleil », une tour pointue qui s’enorgueillit de quelques-unes des pierres les plus finement ouvragées de la cité et qui servait sans doute à l’étude des astres. Plus loin, un petit sentier dans un secteur jonché de rochers, qui devait servir de carrière, conduit à la « Place Sacrée », entourée par des édifices majeurs : le « Temple aux trois Fenêtres », agrémenté d’immenses ouvertures trapézoïdales, caractéristiques de l’ère inca, le « Temple Principal », devant son nom à es dimensions imposantes et un dernier appelé « Maison du Grand Prêtre ». Encore un peu plus loin, un escalier mène au sanctuaire principal de la cité, « l’Intihuatana », qui se traduit librement du quechua « poteau d’amarrage du Soleil », et qui fait référence à un pilier sculpté dans la roche. Souvent pris à tort pour un cadran solaire, il servait en réalité aux astronomes incas pour prédire les solstices et donc le retour des longs jours d’été. Plusieurs Intihuatanas ornaient jadis divers grands sites incas jusqu’à ce que les Espagnols en détruisent la plupart, considérant le culte du Soleil, comme blasphématoire. La « Place Centrale » de Machu Picchu marquait la séparation entre le secteur cérémoniel et les quartiers profanes, industriels et résidentiels, moins bien construits. En revenant maintenant vers l’Entrée principale, on passe par le bloc carcéral, consistant en un labyrinthe de cellules, de niches, de passages, parfois souterrains, et un dernier temple, appelé « temple du condor », abritant une tête de condor sculptée, placée devant des rochers qui évoquent les ailes déployées de l’oiseau.

La qualité exceptionnelle du travail de la pierre et la difficulté d’accès au site ne peuvent qu’amener à s’interroger sur la conception de la cité. A la sortie, de nombreuses plaques « commémoratives » signées par des organisations diverses, reconnaissent la précision, la qualité, la durabilité presque inexplicable des édifices et des canaux d’irrigation de Machu Picchu.

Nous redescendons à pied vers Aguas Calientes en fin de matinée et retrouvons avec grand plaisir Ruben et Rosa avec qui nous partageons un déjeuner puis un dîner le soir. Après une deuxième nuit à Aguas Calientes, et un petit-déjeuner avalé « sur le pouce », nous montons cette fois à bord d’un train de la  compagnie Perú Rail, acheté au prix fort, pour rejoindre Ollantaytambo en deux petites heures et éviter ainsi de reperdre une journée complète par la « route alternative ». Après Machu Picchu, la Vallée Sacrée nous réserve encore quelques surprises.