Ollantaytambo

En dehors de Machu Picchu, la Vallée Sacrée, au milieu de laquelle coule la rivière Urubamba, comptes plusieurs autres sites majeurs de l’Empire Inca, comme la citadelle d’Ollantaytambo. Le village d’Ollantaytambo (souvent appelé Ollanta), un bourg adorable constitué d’étroites ruelles pavées est le plus bel exemple préservé de l’urbanisme inca et fut constamment habité depuis le XIIIème siècle. Il est dominé par deux imposantes ruines incas, vestiges d’une forteresse qui servit de refuge au souverain Manco Inca, lorsqu’il perdit la bataille de Sacsayhuamán, face au conquistador Juan Pizarro qui reprit la ville de Cuzco.

Mais Ollantaytambo marque aussi l’un des rares endroits où les conquistadors perdirent une bataille majeure. En 1536, Hernando Pizarro (jeune demi-frère de Francisco Pizarro) tenta de capturer l’Inca avec l’aide de 70 cavaliers et de nombreux fantassins espagnols et indiens. Manco Inca leur réserva d’abord une pluie de flèches, de lances et de rochers, projetés depuis le haut des terrasses de la forteresse, puis il eut la brillante idée d’inonder la plaine grâce à des canalisations prévues à cet effet, contraignant les assaillants à battre en retraite, qui se transforma presque en déroute lorsque des milliers de guerriers inca victorieux poursuivirent les conquistadors dans la vallée. Toutefois, Manco Inca n’eut guère le temps de savourer sa victoire car les troupes espagnoles revinrent rapidement à ‘attaque avec le soutien d’une cavalerie quatre fois plus importante et l’Inca fut contraint, une nouvelle fois, de se réfugier, dans son fort de Vilcabamba, en pleine jungle.

Forteresse redoutable, Ollantaytambo avait, pour les Incas, autant d’importance sur le plan religieux que militaire. Un temple cérémoniel se trouve au sommet des terrasses. Des murs parfaitement ajustés étaient en construction lors de la conquête et ne furent jamais achevés. Les pierres provenaient d’une carrière à flanc de montagne à 6km, au-dessus de la rive opposée de l’Urubamba. Le transport de ces énormes blocs jusqu’au site est un exploit qui a dû nécessiter les efforts de milliers d’ouvriers. Pour les faire passer d’une berge à l’autre, ils usèrent d’une technique ingénieuse : poser les pierres au bord de la rivière et détourner ainsi son cours !

La visite des ruines d’Ollantaytambo nous occupe une partie de l’après-midi du 11/11/2013, ce qui nous laisse le temps de nous balader dans le labyrinthe des ruelles pavées du village, admirant les édifices de pierre et nous laissant bercer par le murmure des canaux d’irrigation, toujours en fonctionnement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *