Kanchanaburi

Cela fait 3 jours que nous sommes en Thaïlande, et ce matin – mardi 02/07/2013 – nous quittons donc la capitale, sacs sur le dos, de bonne heure, afin de rejoindre un supposé point de départ de mini van (sans aucun doute, LE moyen de transport à privilégier) pour la ville de Kanchanaburi, située à environ 150km à l’Ouest de BKK.

Comme nous sommes bien décidés à ne recourir à aucun office de tourisme, enfin aucune « agence de voyage sans aucun scrupule », si vous avez lu notre précédent article, il y a évidemment une part d’imprévu plus forte : est-ce que le lieu supposé pour acheter les billets est toujours à cet endroit ? Sera-t-il ouvert à 7h30 du matin ? Les billets que nous prévoyons d’acheter sont-ils exclusivement réservés aux thaïlandais ou les touristes peuvent-ils se les procurer ? Si oui, au prix figurant sur les quelques forums internet que nous consultons ? Ou à un « prix touriste » ?

Définition : lorsqu’un vendeur commence la conversation par « Hello my friend », alors son offre sera probablement tout sauf un « prix d’ami » mais plutôt un « prix touriste », l’acte d’achat, s’il a lieu, entraînant un préjudice dont le montant dépend essentiellement de… la « gueule » du touriste, je dirais !

Après une nouvelle esquive d’arnaque du chauffeur de Tuk-Tuk, qui commence par essayer de nous déposer ailleurs qu’à l’endroit demandé et à nous laisser entre les mains d’un copain « agent de voyage » (Magda, rapide comme l’éclair en détection d’arnaque, n’est même pas descendue de l’engin, « chapeau l’artiste »), nous finissons par trouver, après un peu de patience et d’insistance, les billets escomptés et au tarif évoqué par nos amis les « bloggeurs voyageurs ». Il faut donc croire que nous sommes tous 2 nés sous une bonne (excellente ?) étoile et qu’Internet est décidément (j’étais déjà convaincu, en fait) une formidable source d’information à condition de savoir discriminer les sources et infos efficacement pour ne pas se perdre ou suivre une indication erronée ou imprécise : comme avec la presse finalement !

Bref, nous arrivons de bonne heure à Kanchanaburi et le mini van nous dépose directement à notre Guest House, au bord de la rivière « Mae Nam Khwae Noi », que vous connaissez plus simplement sous le nom « rivière Kwai » grâce au roman de Pierre Boulle « Le Pont de la rivière Kwai » et au film du même nom. Charmante Guest House, très abordable, staff accueillant, notre chambre est sur « pilotis », nous dormirons donc « littéralement » sur la rivière Kwai.

Le programme que nous prévoyons est le suivant :

Jour 1: l’après-midi, nous décidons de nous rendre au « Tiger Temple » à une trentaine de km de Kanchanaburi. C’est un temple, géré par des moines bouddhistes, qui a accueilli un 1er tigre orphelin en 1999, à la suite de la mort de sa mère, tuée par des braconniers. L’histoire qui s’est ensuite répandue était que ce temple pouvait accueillir des tigres orphelins et en quelques années, leur nombre a considérablement augmenté jusqu’à dépasser le chiffre de 100 depuis Mai 2012.

Tous les après midi, entre 13h00 et 17h00, les tigres sont sortis de leurs enclos et amenés dans un canyon supervisé pour exercer leur sens communautaire et réaliser des exercices. C’est aussi une fantastique opportunité de séances photos avec les touristes, et une formidable opportunité « business » bien entendu.

Le temple fait l’objet d’une controverse née de critiques de la part de défenseurs des droits des animaux. Certains parlent de maltraitances réservées aux tigres du temple, d’autres évoquent des drogues et médicaments rendant les tigres léthargiques et le spectacle désolant. Rien de cela, n’a jusqu’ici été prouvé, il me semble, malgré des enquêtes diligentées par le gouvernement thaïlandais.

Même si l’entrée n’est pas donnée, nous avons, de notre côté, profité pleinement de l’expérience et sommes loin de partager les critiques qui peuvent parfois être lues à propos du lieu. Les photos parlent d’elles-mêmes.

Jour 2: cette fois, pas de controverse possible, Erawan National Park et ses cascades et piscines naturelles d’eau turquoise mettent absolument tout le monde d’accord. Le parc s’étend sur 550 km2 et les cascades et piscines naturelles sont réparties sur 7 niveaux ce qui représente une très chouette ballade  faisable à la journée et pouvant être agrémentée de baignades régulières dans un décor naturel tout simplement somptueux. A NE SURTOUT PAS MANQUER ! Photos à retrouver dans l’album de Kanchanaburi.

Nous terminons la journée en nous rendant au fameux point de la rivière Kwai, situé à seulement 2 km de notre Guest House. C’est un pont ferroviaire, faisant partie de la « Death Railway », construite pendant le 2nde Guerre Mondiale (entre 1942 et 1943) pendant l’occupation japonaise de la Thaïlande. L’objectif stratégique de cette voie de chemin de fer était de relier 415 km de terrain accidenté entre la Thaïlande et la Birmanie pour servir de route alternative d’acheminement de matériel pour l’invasion de l’Inde par les japonais. Malgré les estimations initiales de temps nécessaire pour achever l’ouvrage autour de 5 ans, l’armée japonaise a imposé des conditions de travail proche de l’esclavage en territoire occupé et la voie ferroviaire a été terminée en seulement 16 mois. Il a ensuite été bombardé par les soldats de l’Alliance et n’a donc finalement pas pu servir sa cause initiale. C’est donc plus l’histoire que nous retiendrons, que l’ouvrage lui-même. Le pont étant situé dans la ville même de Kanchanaburi, si vous passez par-là, allez-y faire un tour, c’est rapide à voir et instructif du point de vue historique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *