Arrivée au Japon

Konnichiwa,

enfin, on y est, enfin, notre aventure a démarré. Et quel démarrage ! Hier, nous sommes donc arrivés au Japon, Pays du Soleil Levant. Après 12h de vol et un décalage horaire de 8h, il va falloir vite prendre le rythme. Arrivés à l’aéroport international de Narita, quelques formalités administratives (photo d’identité, prise d’empreintes), obligatoires. Première longue, très longue journée même, puisque atterrissage a 9h30 et il nous reste donc à tenir un jour complet après avoir dormi 3 h en 2 nuits, la fatigue à l’extrême. On aura finalement tenu le coup jusqu’au soir.

A partir de l’aéroport, nous entamons un dernier marathon : celui des transports en commun japonais: d’abord un train pour rejoindre le centre de Tokyo, puis un autre, puis le métro. Merci l’anglais (même si finalement assez peu parlé par les japonais) car indispensable pour tenter de trouver son chemin ou de comprendre un plan de lignes ferroviaires japonais. Nos premiers contacts reflètent un Japon très accueillant, de nombreux employés toujours souriant pour aiguiller les touristes.  En descendant de l’avion, après avoir passés les contrôles de sécurité, une chaîne de TV japonaise alpague Loïc pour en savoir plus sur nous. Après les présentations et une rapide description de notre périple, on nous interroge sur le choix du Japon comme première destination. “It was a feeling, I love so much japanese culture”, répond Magda. Le cameraman , la journaliste et le monteur son se marrent sans perdre leur professionnalisme ni leur concentration. En réalité, le Japon ne semble pas accueillir un tourisme très fort.

En tout cas, comme première destination, c’est parfait: le Japon devrait nous offrir immédiatement une des émotions que nous recherchons au travers de ce tour du monde: le dépaysement. Nous découvrons très vite une société basée sur des règles strictes, un respect d’autrui extrêmement marqué, où l’individualisme semble s’effacer complètement au profit de la communauté, dans une organisation « fourmilière ».

La fin de notre marathon se termine à Nagoya, où nous retrouvons Julien, un ami français, installé au Japon depuis plusieurs années, fin connaisseur du pays, de sa culture, des uses et coutumes locales, qui nous accueille à bras ouverts et s’est en plus proposé de jouer le rôle de guide touristique pour nous permettre de profiter au mieux de notre court séjour. Nous partons voir Nagoya de nuit puis dînons dans un bar restaurant typique du coin: poulet frit, poisson cru, bière, nos estomacs ne sont pas encore mis à trop rude épreuve jusque là.

Le jour suivant, le 31/05, nous nous levons finalement assez tôt, après une bonne nuit de sommeil, presque plus “jetlagués”. Aujourd´hui, programme chargé, puisque Julien, en rigoureux guide touristique a tout organisé et planifié pour les prochains jours. Quel luxe d’être accompagné par un français qui parle japonais. Et quelle chance d’être accueilli chez lui quelques jours comme des rois. En dehors de la température, qui fait parfois pester Loïc et qui ravit bien sûr Magda, voilà un début de voyage extrêmement prometteur.

Arigatou

4 réflexions au sujet de « Arrivée au Japon »

  1. Christine Pavard

    Que c’est chouette de pouvoir participer presque en « Live » à votre périple. Vous débutez effectivement sur les chapeaux de roue (3h de sommeil en deux nuits, j’imagine que vous voyez d’ici la tête de papa….) »C’est pour ça que je ne peux pas faire le tour du monde » vient-il de me dire malicieusement!
    Quelle chance de pouvoir découvrir ce pays avec quelqu’un qui habite là-bas, vous allez vite dépasser le statut de simple touristes, qu’est ce que je vous envie (pas nécessairement d’être au Japon, mais de découvrir ainsi un pays et une culture si différents). Je sens que votre journal de bord va être palpitant. Vous avez du mérite d’avoir écrit aussi longuement alors que vous devez être bien crevés, mais surtout continuez à nous faire rêver!!!
    Arigatou (je sais même ce que ça veut dire, pas mal, hein?)
    Maman.
    Papa ( Bonzaï !!! )

    Répondre
  2. Marianne et Marc

    konnichiwa,

    Ravis de constater que vous êtes endurants (3h en 2 nuits !) et fidèles (jdb mis à jour dès que possible). Mais çà on le savait déjà 😉

    Grand plaisir pour nous de voyager par procuration en suivant votre périple.

    Moi qui ne dispose pas du « code Aloun », je souhaiterais être éclairé : Le papou a réagi par un « bonzaï » dans son dernier post. Cela signifie :
    – « je ne pourrai jamais faire un tour du monde tellement j’ai pris racine à Meudon où je me taille régulièrement les branches histoire de ne pas prendre le risque de m’envoler » (réponse-ou repousse- A, dite « du bonsaï »)
    – OU « Rien qu’à lire l’épopée magdaloïesque, j’effectue un piqué type « commando nippon » narcoleptique en direction de mon lit (réponse -ou repose- B, dite « banzai »)

    Suis preneur de tout avis sur la question.

    Arigatou

    MnM

    PS : Je vois déjà d’ici Harakiri bien que ça ne soit pas drôle du tout par ce que nous aussi konnichiwa Le Mans avec ce beau mois de juin hivernal. Mais on arigatou relativiser quand même ! Bon ben voilà au moins un bon moyen mnémotechnique pour me rappeler de mes 3 1ers mots de japonais …

    Répondre
  3. Julien Bernardi-Morel

    Etant le pseudo guide / accueillant officiel de nos chers globe-trotters au Japon, je me devais de laver l’affront linguistique commis par le papa de Loic 🙂 Alors, monsieur Pavard, étant donné que votre fils a fait des progrès surprenant en japonais pendant son séjour, je pense que pour garder le respect de votre rejeton et sa piété filiale éternelle, il est nécessaire de vous informer que l’on dit plutot « Banzai ! » et non « Bonzai ! »
    En effet, « Banzai » est composé de « ban » qui veut dire « 10 000 » et de « sai » qui signifie « année » : « 10 000 ans » donc que l’on souhaite à l’empereur en de nombreuses occasions mais surtout en référence à l’hymne nationale japonais qui dit « que votre règne dure 10 000 ans, jusqu’à ce que les rochers soient recouverts de mousse… »
    Quant aux « Bonzai », comme vous le savez sans doute, ce sont des arbres miniatures dont on contraint la croissance en les maintenant dans des pots de très petites tailles, le but étant entre autres de « discipliner » le caractère sauvage de la nature 🙂
    Donc au-delà du fait qu’à la lumière de ces humbles explications il vous apparait désormais étrange de crier « petit arbre en pot !!! » au monarque nippon pour glorifier sa personne, c’est surtout les nationalistes (dont c’est malheureusement la phrase fetiche) qui, j’en suis sur, vous en sont extremement reconnaissants 🙂

    Bon vent à nos deux aventuriers !!!! Encore un izakaya et un karaoke et le tour sera joué !
    Ce fut un plaisir immense de vous avoir, profitez le plus possible et faites-nous le plein de souvenirs 🙂 !

    Sayonara, Ju.

    Répondre
    1. Christine Pavard

      Merci, cher Julien pour ces explications à la fois drôles et très intéressantes pour nous qui malheureusement ne connaissons pas grand chose au Japon. Nous le découvrons petit à petit et par procuration grâce à nos deux voyageurs et à leurs merveilleux récits et photos.
      Un grand merci aussi de les avoir accueillis ainsi, vous leur avez été d’une aide précieuse.
      Sayonara
      Christine et Alain

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *